mercredi 15 juin 2011

À chacun son bouffon

Au Canada, on disait que Jean Chrétien parlait deux langues secondes tellement il faisait de fautes de vocabulaire et de grammaire, et ce, aussi bien en français qu'en anglais. Aux États-Unis, on se moquait aussi de George W. Bush et de ces maladresses qui ont été surnommées bushisms. La Grande-Bretagne n'échappe pas à cette tendance. Leur cible préférée n’est nul autre que le Prince Philip, le mari de la Reine Elizabeth.

D'ailleurs, on s'en est donné à cœur joie dans les médias la semaine dernière puisque le Duc d'Édimbourg a célébré son 90e anniversaire. Nombreuses sont les publications qui ont fait des palmarès de ses meilleures bourdes. Allez consulter l'article du Daily Mail pour quelques exemples.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire