mercredi 9 novembre 2011

Berlin entre amis

Ne vous inquiétez pas, mon 100e article n'était pas mon dernier, j'ai seulement été débordée au cours des dernières semaines, mais me revoici! Si l'en dernier j'ai fêté mon anniversaire dans l'anonymat d'un speed flatmating, j'avais décidé que cette année, il en serait autrement. J'avais donc réservé 6 jours de vacances pour aller fêter à Berlin où mes amis M et F essayent toujours de me convaincre d'aller m'installer. Une option que je ne mets pas totalement de côté, mais il faudrait que je fasse d'énormes progrès en allemand, car touristiquement, ça va, mais pour travailler temps plein, on repassera!

Bref, la dernière fois que j'étais allée à Berlin pour voir F, c'était en 2009 et je me rappelais avoir gelé et avoir dû m'acheter un foulard! Cette année j'étais préparée, j'étais munie d'un foulard, de gants et d'un béret (bon celui là ça n'a pas pris de temps pour que je le perde, mais enfin...). Et mes souvenirs ne m'ont pas trompée, car il faisait un froid de canard quand je suis arrivée. J'étais gelée, mais aussi crevée! Fini les vols à 6h du matin, il faut se lever avant l'heure des poules pour pouvoir arriver à l'aéroport dans les temps prescrits. Moi qui pensais profiter plus de la journée parce que j'arrivais de bonne heure, bien non, j'ai roupillé toute l'après-midi afin de pouvoir survivre à ma soirée.

C'est vraiment quand on séjourne à l'étranger dans d'autres grandes villes, qu'on se rend compte à quel point Londres c'est busy. Je suis sortie du métro vers 9h30-10h en plein centre-ville de Berlin et franchement les rues étaient vides. Même le matin du jour de l'An il y a plus de monde que ça dans les rues à Londres. Ça fait étrangement beaucoup de bien d'avoir un peu de calme. J'étais vraiment heureuse de retrouver M à son boulot en fin de matinée! Même si on se parle presque tous les jours d'un moyen ou d'un autre, se voir « en vrai », c'est franchement mieux. C'est plus facile de se raconter nos histoires qui évoluent tellement vite qu'on en perd le fil soi-même.

M et F m'avaient dit qu'il avait un plan secret pour mon anniversaire, mais j'avais une petite idée de ce que c'était. Comme nous nous sommes tous connus à Beijing, j'avais le pressentiment que nous irions manger dans un resto chinois comme nous le faisons à l'habitude. Mais non, je me suis trompée sur toute la ligne! Ils m'ont plutôt emmenée au Prater Garten, le plus vieux biergarten de Berlin pour manger de la bouffe traditionnelle allemande. La bouffe allemande c'est très bon, mais disons qu'on ne fait pas d'effort pour la présentation. C'est très rustique et brun. On oublie ça les légumes de couleurs... mais on mange de la très bonne viande et des patates sous toutes les formes inimaginables!

Nous sommes ensuite allés au Roses, un des bars les plus éclectiques que je n’ai jamais vu! Je crois qu'on aurait peut-être peur dans cet endroit si les lumières étaient allumées. Les murs sont décorés de tapis shag rose Barbie, aucun des cadres ne matchent, on se fait aveugler par les éclairages de la boule disco, bref un endroit comme je les aime. Si jamais vous passez dans le coin, ça vaut le détour! Un petit avertissement par contre, il s'agit d'un bar gay, donc il faudra peut-être modifier vos tactiques de drague...

J'adore Berlin, mais il y a une information cruciale qui m'a échappée depuis ma dernière visite, et c'est qu'on a encore le droit de fumer dans les bars. Sentir le vieux cendrier quand on retourne à la maison, ce n'était vraiment pas quelque chose dont je m'ennuyais... De plus, l'accès aux cigarettes est tellement facile, il y a encore des machines à cigarettes sur la rue! On se croirait dans une autre époque parfois.

Une chose qui est extraordinaire à Berlin par rapport à Londres, c'est la facilité avec laquelle on peut se déplacer à vélo. M m'a permis d'emprunter sa bécane prénommée Béatrice. J'ai pu faire un grand tour de Berlin sur deux roues. Un plaisir que je ne peux malheureusement pas me permettre à Londres, et ce, malgré un réseau étendu de Barclay's Bike, le Bixi/Vé'lib londonien. À Berlin, tout le monde se promène à vélo, il y a des pistes cyclables partout et surtout, mais surtout, on roule du bon côté de la route, les rues sont larges et aménagées en conséquence et les automobilistes respectent les cyclistes (du moins plus qu’à Londres)!

 
Je suis donc partie de chez M pour faire une pause à son boulot, 25 minutes de vélo et je ne sentais déjà plus mes fesses, ouch! Ça paraissait que je n'en avais pas fait depuis longtemps!! Mais elle m’a dit que j’étais bien brave de faire du vélo, que ce n’était pas tout le monde qui avait le courage d’en faire. Ben je dois dire que quand on a vu le trafic à Londres, on peut faire du vélo partout. Après mon arrêt au puits, j'ai décidé d'aller faire un tour à Tiergarten, le grand parc boisé de Berlin. Je n'avais jamais pris le temps de le visiter auparavant, M m'avait dit que c'était mieux de le faire à vélo qu'à pied, car sinon ça devient un peu redondant... et avec raison. On y trouve quand même des sculptures ici et là...


Je suis ensuite allée voir Siegessäule ou la Colonne de la Victoire, ou pour les lecteurs du Let’s Go Europe, la chick on a stick! Le rond-point autour de la statue est plus qu’achalandé et dangereux, il faut donc passer par les sous-terrains pour y avoir accès, mais disons que des escaliers en vélo ce n’est pas toujours agréable, je crois même que descendre les marches, c’est pire que de les monter avec le vélo dans les bras... Les visites touristiques à vélo, ç’a des désavantages. Prendre des photos en chemin n’est pas toujours évident non plus!

D'ailleurs, je voulais passer par l’arrière du zoo parce que M m’a dit qu’on pouvait entrevoir quelques animaux, un peu comme quand on se promène sur le canal à Camden, mais je n’ai pas tourné au bon endroit et je me suis retrouvée devant le zoo, il était trop tard pour visiter. Je ne suis pas particulièrement fan de zoo, mais j’avais entendu tellement de bons commentaires à propos de celui de Berlin, que je m’étais dit pourquoi pas. Il semble que ce sera pour une prochaine fois, car prochaine fois il y aura, mais seul l’avenir nous dira quand.

Après tant d’exercice, j’ai laissé Béatrice au bercail et j’ai opté pour les voitures jaunes du métro berlinois. On a toujours vanté l’excellence du transport allemand, mais pour ce qui est du métro, on pourrait augmenter le service, attendre 8 minutes pour faire un transfert, c’est assez long. À Londres, si on attend plus de 4 minutes, ça peut énerver certaines personnes, à Montréal c’est normal…

Je n’ai pas que fait des trajets de métro, je me suis beaucoup promenée à pied. Comme pour Paris, j’ai décidé de faire des trucs nouveaux et ne pas trop m’encrer dans des habitudes touristiques. Je n’avais jamais vraiment pris le temps de me promener le long du mur de Berlin, ou du moins ce qu’il en reste. J’ai donc visité la Bernauerstraße et East Side Gallery. La Bernauerstraße c’est vraiment un vestige du mur, des morceaux tiennent encore fragilement debout, certains autres morceaux sont dépourvus de béton et il ne reste que les armatures, ou le tracé du mur a été recréé par des poteaux oxydés. Il s’agit plus d’un site commémoratif avec des explications style musée. Ce qui m’a frappée, c’est la proximité des immeubles à appartements du site qui longe la rue pendant des centaines de mètres. Je ne suis pas certaine que je voudrais habiter si près d’un lieu avec une histoire aussi forte, où des centaines de gens on perdu la vie au nom de la liberté.

La East Side Gallery quant à elle, exprime la liberté le long de la Spree, la rivière qui traverse Berlin. Un pan de mur de quelques centaines de mètres a été offert à des artistes de par le monde pour s’y exprimer. Un côté de mur il s’agit de murales et de l’autre côté, de graffitis.

J’ai visité cette partie avec F et nous en avons profité pour faire une petite sieste au soleil.

Si la deuxième semaine d’octobre marque toujours le nettoyage de la coupole sur le toit du Reichstag, cette année c’était aussi le festival des lumières. On en profite pour éclairer les principaux bâtiments de la ville de mille couleurs. J’ai eu le courage de braver le froid pour voir la porte de Brandebourg passer par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Je me suis récompensée avec une demi-douzaine de beignes Dunkin Donut que je suis allée manger avec M qui était encore au travail. Un bon souper santé!
 
Lors de la dernière journée avec M et F, nous avons profité pour faire nos traditionnelles photos à la Raymond, voici le résultat :

Pour le reste des photos, c'est ici!

2 commentaires: