lundi 26 décembre 2011

Virée à l'est à Bucarest

Lors de mon anniversaire, j'ai pris une résolution du Nouvel An à l'avance! De cette façon, je m'assure de conjurer le mauvais sort et je vais pouvoir respecter mon engagement (ou presque). Enfin, je dis une résolution, mais c'est plutôt deux sur le même thème, celui du voyage (mais ça, ça vous étonne). Donc première résolution: Ne voyager que dans des villes où je n'ai pas encore mis les pieds. Deuxième résolution: Faire la découverte de l'Europe de l'Est, endroit où je me suis trop peu aventurée.

Mais ce n'est pas parce qu'on prend des résolutions pour 2012 qu'on ne peut pas les appliquer pour 2011. C'est pourquoi lorsqu'une ex-collègue de travail Madame S m'a invité à aller la voir en Roumanie où le boulot l'a transférée, j'ai sauté sur l'occasion. Direction Bucarest, la capitale, le temps d'un week-end accompagnée d'une autre ex-collègue, Miss M.

Ni une ni deux, j'ai réservé des billets d'avion pour Bucarest. Une fois la transaction terminée, je m'aperçois que le vol dure près de 3 heures! Bon c'est où encore la Roumanie? Ah ouais, c'est effectivement loin!

Agrandir le plan

Juste avant de partir, Miss M et moi avons regardé la prononciation de certains mots d'usage courant juste pour ne pas faire trop touristes. Si le roumain est l'une des cinq langues latines (avec le portugais, l'espagnol, l'italien et le français) c'était comme du chinois pour moi. D'habitude je suis capable des trucs à gauche à droite, surtout quand je lis, dans les autres langues comme le portugais ou l'italien que je ne parle pas, mais là, que dalle. Bon après une journée à Bucarest, je peux dire que je commençais à comprendre des mots ici et là, mais jamais assez pour comprendre totalement le sens ou le sujet d'une conversation. Dépaysement total, c'est ce qu'on recherchait!

Au cours de mes voyages, j'ai dû rencontrer plusieurs personnes dans des endroits différents, mais souvent du type café, resto, station de métro ou arrêt d'autobus, mais pas à Bucarest. Madame S nous a donné un point de rencontre du moins particulier sur la Piața Victoriei, elle nous a dit: «Je vous attends à la girafe, vous ne pouvez pas la manquer c'est la seule sur la place». Ouais ben j'espère qu'on ne peut pas la manquer, parce que je ne suis pas une experte en girafe, ni en faune de la Roumanie, mais mon petit doigt me dit que les girafes, ça ne coure pas les rues en Roumanie... Eh bien, la voici notre girafe, elle est tout juste à l'avant du musée des sciences naturelles:


Grâce à nos connexions secrètes, nous avons réussi à nous faire inviter au lancement de la version roumaine de Ru, le premier roman de Kim Thúy. Je me suis dit que ça serait peut-être le moyen de mettre la main sur le roman en français puisque l'auteure était présente et que les Roumains ont la réputation d'être francophiles, car je suis en manque de littérature québécoise. Mais non, il n'y avait que la version en roumain. J'ai quand même eu la chance de rencontrer l'auteure avant la conférence de presse. C'était plutôt drôle de parler 100% québécois en plein milieu du Salon du livre de Bucarest, mais disons que moi aussi j'aurais voulu avoir un interprète personnel durant la conférence, une chance qu'il y avait des petits bouts en français... Madame S et Miss M ont été très patiente, car l'une comprend un peu le français et l'autre pas du tout!


Après avoir fait le tour du Salon du livre, nous avons décidé d'aller faire le tour de la ville. Je ne suis pas une fan des autobus touristiques, mais là ça revenait à moins de 5£ pour la journée. Madame S est restée au chaud alors que Miss M et moi avons bravé le froid pour être au 2e étage, bref celui où on voit quelque chose!!! Même si le bus va vraiment plus lentement que le reste de la circulation en général, j'ai trouvé que ce n’était pas toujours évident d'avoir le temps de prendre de bonnes photos.


Dans le Lonely Planet, on disait dans l'introduction que Bucarest était autrefois surnommée le Paris de l'Est. Je n’ai aucun mal à le croire, puisqu'il y a une réplique de l'Arc de Triomphe et une place Charles de Gaulle. D'ailleurs, la statue du général se tient aujourd'hui où se tenait autrefois une statue de Staline pendant le régime communiste. Bref, on retrouve beaucoup de noms de rue et d'endroit qui rappellent Paris. Il ne manque qu'une réplique de la tour Eiffel!



Si en magasinant pour un chandail chaud à H&M, je n'ai pas trouvé que je faisais des économies, il est vrai que le coût de la vie est moins cher lorsqu'on compare le coût du transport (passe de métro pour une journée, 7 lei soit moins de 1,50£) et l'entrée des musées (5-6 lei). Et comme nous étions logées chez Madame S, je ne peux pas dire qu'il s'agit de mon voyage le plus coûteux de l'année! Donc à ces prix-là, cela me dérange moins de faire un musée qui ne m'intéresse pas vraiment, comme le Musée des villages roumains. Il s'agit de la reconstitution d'un village d'antan à l'échelle miniature. Pour en avoir fait d'autres en Europe, j'ai toujours l'impression qu'ils se ressemblent tous, même si chaque culture est différente. Je me rappelle en Suède que tout le monde me recommandait d'aller à Skansen, j'y ai donc fait un tour pour apprendre que l'attraction principale était les orignaux!!!  Ah, avoir su...

Le Lonely Planet est ma bible du voyage, mais, car il y a toujours un mais, je vais commencer à me méfier sérieusement quand la critique est trop enthousiaste! Je m'explique, lorsqu'on est allé à Suzhou en Chine, le Lonely Planet recommandait ardemment d'aller visiter le Musée de la soie, qui était un incontournable. On ne pouvait pas aller à Suzhou sans visiter ledit musée. Bref, nous sommes allées visiter le musée en quête d'air conditionné et franchement, nous avons été extrêmement déçus. Le musée n'était pas très grand, ni intéressant, mais on aboutissait à la fin dans une immense boutique souvenir. Ah, je me demande quelle est la ristourne que l'auteur se fait sur les ventes! Bref, pour revenir à la Roumanie, l'auteur nous recommande d'aller au Musée de la vie paysanne roumaine. Il affirme même que le musée «est tellement bien, on voudrait lui faire un câlin». Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai jamais eu envie de faire un câlin à un musée, et surtout pas celui-là. Il était très intéressant, certes, beaucoup plus que celui sur les villages, mais bon je crois que l'auteur devrait revoir sa rubrique!

Lorsqu'on voyage, il faut être attentif à tout, car on peut faire de belles découvertes ou faire des découvertes insolites, comme cet affichage dans un passage piétonnier sous terrain :

Vous avez bien vu, PAS DE CORNET!!! Soyez bien avertis!

Le reste des photos ici.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire